entraîner

entraîner

entraîner [ ɑ̃trene ] v. tr. <conjug. : 1>
XII e; de en- et traîner
I
1(Choses) Emmener (qqch., qqn) de force avec soi. Torrent qui entraîne des arbres sur son passage. charrier, emporter. Le courant entraîne le navire vers la côte. drosser. L'avalanche a entraîné les skieurs. Il « se laissa charrier, avec les autres, par le courant qui les entraînait vers la sortie » (Martin du Gard). Mécan. Moteur qui entraîne une machine. Piston qui entraîne une bielle.
Fig. et littér. « La fuite du temps entraîne tout ce qui s'attachait à lui » (A. Gide).
2(Personnes) Conduire, mener (qqn) avec soi. emmener, mener, pousser, tirer. Danseur qui entraîne sa cavalière. diriger. Il l'entraîna vers le buffet. « J'avais entraîné Jacques dans le fond du jardin » (A. Gide).
Conduire (qqn) en exerçant une pression morale. « il avait décampé, un beau matin, entraînant avec lui un camarade » (Martin du Gard). Il s'est laissé entraîner.
Par métaph. Littér. « Je me livre en aveugle au destin qui m'entraîne » (Racine) .
3Fig. Pousser (qqn) à, vers (qqch.) par un enchaînement psychologique ou matériel. Son enthousiasme l'entraîne trop loin. emporter, pousser. « Le vulgaire est entraîné, les grands caractères sont ceux qui luttent » (Vigny). « Il fut le prisonnier d'un succès qui l'entraîna au delà de ses intentions » (Barthou). Entraîner à (et inf.). 1. amener, conduire, décider, engager, 1. porter. « votre erreur n'est pas un crime, mais elle vous en fait commettre un; car elle vous entraîne à prêcher la guerre » (Fustel de Coulanges).
Pousser à penser ou à agir par la conviction. Des idées capables d'entraîner les esprits. convaincre, emballer. Absolt Éloquence qui entraîne. captiver, conquérir, séduire.
♢ SE LAISSER ENTRAÎNER (spécialt par un plaisir, un sentiment). « Je reviens en arrière; car hier, je m'étais laissé entraîner » (A. Gide). détourner, distraire, égarer. Se laisser entraîner dans une aventure. embarquer.
4Avoir pour conséquence nécessaire, inévitable. 1. amener, 1. causer, impliquer, occasionner, produire, provoquer. Cette imprudence risque d'entraîner de graves conséquences. déclencher. Cette condamnation entraîne des déchéances. comporter. Cette décision doit logiquement en entraîner d'autres. appeler. « Elle a cru que ma perte entraînait sa ruine » (Racine).
II(1828; angl. to train)
1Préparer (un animal, une personne, une équipe) à une performance sportive, au moyen d'exercices appropriés. exercer. Entraîner un cheval, un athlète, en vue d'une course. Entraîner une équipe de football ( entraînement, entraîneur) . Absolt Servir d'entraîneur. Pronom. Boxeur qui s'entraîne sur un punching-ball. Ils s'entraînent pour le championnat de tennis. S'entraîner sur un home-trainer, un rameur. Nageur bien, mal entraîné.
2Par ext. Faire l'apprentissage de (qqn). Entraîner qqn à un exercice. aguerrir, endurcir, former. Entraîner des soldats au maniement des armes.
Pronom. S'ENTRAÎNER À : faire l'apprentissage de, en s'habituant. S'entraîner à prendre la parole en public. s'exercer, se familiariser. Orateur entraîné au dialogue. rompu.
⊗ CONTR. Arrêter , freiner, retenir.

entraîner verbe transitif (de traîner) Traîner quelque chose ou quelqu'un avec soi, derrière soi, les emporter avec soi en parlant de quelque chose ou de quelqu'un en mouvement : Le vase tomba en entraînant les bibelots posés à côté. En parlant d'un mécanisme, communiquer le mouvement à un autre mécanisme : Courroie qui entraîne une poulie. Faire connaître à quelqu'un le même état, la même évolution que soi-même : Il fit faillite, entraînant son associé dans sa ruine. Conduire quelqu'un avec soi quelque part, l'amener de force : Elle m'entraîna vers la sortie. Amener quelqu'un, par une pression morale, par la séduction ou l'exemple, à agir, à s'engager dans une voie qu'il n'a pas délibérément choisie ; pousser : Se laisser entraîner par les autres. Amener tel comportement de la part de quelqu'un, en être la cause, avoir tel résultat, telle conséquence ; impliquer, engager : Son incompétence l'entraînera à commettre de graves erreurs. Exercer un effet stimulant sur quelqu'un, le pousser irrésistiblement : Se laisser entraîner par la passion. Donner à un solide un mouvement d'entraînement. ● entraîner (homonymes) verbe transitif (de traîner)entraîner (synonymes) verbe transitif (de traîner) Traîner quelque chose ou quelqu'un avec soi, derrière soi, les emporter...
Synonymes :
Conduire quelqu'un avec soi quelque part, l'amener de force
Synonymes :
- traîner
Amener quelqu'un, par une pression morale, par la séduction ou...
Synonymes :
- décider
- déterminer
Amener tel comportement de la part de quelqu'un, en être...
Synonymes :
- nécessiter
Exercer un effet stimulant sur quelqu'un, le pousser irrésistiblement
Synonymes :
entraîner verbe transitif (de entraîner, avec l'influence de l'anglais to train, dresser) Faire acquérir à quelqu'un, à un animal, l'habitude, la pratique de quelque chose, en particulier en vue d'un concours, d'un combat, etc., par une préparation systématique : Entraîner des troupes à se battre. Préparer à la compétition un sportif, un cheval par une série d'exercices gradués et répétés. Habituer, exercer le corps, l'esprit à fonctionner au mieux, les préparer à certaines épreuves par des exercices répétés ; exercer : Entraîner sa mémoire par des jeux. Servir d'entraîneur à un cycliste. ● entraîner (homonymes) verbe transitif (de entraîner, avec l'influence de l'anglais to train, dresser)entraîner (synonymes) verbe transitif (de entraîner, avec l'influence de l'anglais to train, dresser) Faire acquérir à quelqu'un, à un animal, l'habitude, la pratique...
Synonymes :

entraîner
v. tr.
rI./r
d1./d Traîner avec soi (qqch). Avalanche qui entraîne tout sur son passage.
d2./d Emmener, conduire (qqn) par la force. Les agents l'entraînèrent au poste.
|| Conduire (qqn) avec soi. Il l'avait entraîné à l'écart.
Fig. Ce sont des escrocs qui l'ont entraîné dans cette affaire.
d3./d Pousser (qqn) à faire (qqch) en exerçant une pression sur son esprit, sur sa volonté. Entraîner qqn au mal. Il s'est laissé entraîner par la colère.
d4./d Avoir pour résultat, pour conséquence nécessaire. Les maux que la guerre entraîne. La proposition A entraîne la proposition B.
rII./r MECA Mettre en mouvement (qqch). Moteur électrique qui entraîne un mécanisme.
Spécial. Communiquer le mouvement d'un mécanisme moteur à. Un galet entraîne le plateau de l'électrophone.
rIII/r SPORT
d1./d Préparer (une personne, un animal) à une compétition.
Par ext. Préparer (qqn) à un exercice quelconque.
d2./d v. Pron. Pratiquer un entraînement sportif.
|| S'entraîner à: s'exercer à. S'entraîner au tir.

⇒ENTRAÎNER, verbe trans.
I.— [L'idée dominante est celle de mouvement imprimé à qqc. ou à qqn]
A.— 1. [Le suj. désigne une entité concr. animée de mouvement] Traîner après soi, déplacer en tirant derrière soi. Quatre remorqueurs décollèrent « l'Étoile-desmers » du quai, deux autres l'entraînèrent (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p. 29).
2. MÉCAN. Transmettre, communiquer un mouvement à une partie d'un mécanisme :
1. Le mouvement d'horlogerie entraîne le cylindre ainsi préparé avec une vitesse uniforme et régulière que l'on peut régler à volonté.
BARATOUX, La Voix, 1912, p. 47.
Emploi pronom. réciproque :
2. Quand le mouvement qui anime toutes les parties d'une machine est très rapide, il est ininterrompu parce qu'il passe sans relâche des unes aux autres. Elles s'entraînent mutuellement, pour ainsi dire.
DURKHEIM, De la Division du travail soc., 1893, p. 386.
P. anal.
a) [Le suj. désigne une chose concr.] Attirer vers le bas. Un pavé se détache rarement d'un mur sans entraîner dans sa culbute une certaine quantité de plâtras (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 6e tabl., 2, p. 228). Je sens mes genoux fléchir : je sens un poids à mon cou qui m'entraîne (CLAUDEL, Repos 7e jour, 1901, II, p. 831).
b) [Le suj. désigne une pers. qui tombe] Emporter rapidement avec soi dans sa chute. Puis, battue, renversée, mais acharnée en son étreinte, elle entraîna son mari, qui s'abattit à côté d'elle (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Page hist. inéd., 1880, p. 1212) :
3. ... elle prit l'épée par le milieu de la lame et en asséna le lourd pommeau sur la tête du comte qui vacilla, assommé, s'accrochant aux meubles et les entraînant dans sa chute.
PÉLADAN, Le Vice suprême, 1884, p. 93.
3. [Le suj. désigne une pers.] Emmener, conduire avec soi, en faisant parfois usage de la force. D'un mouvement imperceptible et léger, le père l'entraîna, et ils commencèrent à marcher côte à côte, ainsi qu'autrefois (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p. 197). Daniel les [Jacques et Nicole] entraîna de force dans le salon, où la lumière, disait-il, était meilleure (MARTIN DU G., Thib., Pénitence, 1922, p. 794) :
4. ... de tous les bancs, accouraient les mères, les bonnes, les tantes, qui saisissaient par la main les fillettes confiées à leur garde et les entraînaient brutalement.
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Mme Baptiste, 1882, p. 355.
Entraîner vers. Diriger quelqu'un vers un lieu déterminé. Craignant de succomber lui-même à l'envie d'entrer chez elle, il l'entraînait vers la route (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1371).
B.— P. ext.
1. [Le suj. désigne gén. un cours d'eau, et parfois un phénomène naturel animé de mouvement] Emporter avec soi. Le ruisseau courait doucement sur les pierres polies, entraînant ces peuplades de poissons microscopiques et de mouches d'eau (LOTI, Mariage, 1882, p. 58) :
5. L'un d'eux [prisonniers] trébucha, lâcha la file, perdit l'équilibre et l'eau le roula comme une solive, sans qu'il pût reprendre pied. Le courant l'entraînait, il était déjà loin.
MILLE, Barnavaux et quelques femmes, 1908, p. 174.
P. métaph. :
6. Une fois le respect de la religion et de la monarchie sapé à la fois par les propres inconséquences de ces deux pouvoirs et par l'usure naturelle que le temps entraîne, il fallut bien aux hommes chercher un nouveau principe d'autorité.
BLOCH, Destin du Siècle, 1931, p. 214.
Emploi abs. Et puis enfin, il y a la vie qui entraîne avec tous ses instants (VILLIERS DE L'I.-A., Corresp., 1873, p. 177).
2. [Le suj. désigne une musique, un rythme] Emporter rapidement; exercer un effet stimulant :
7. Les faux allaient toutes ensemble et l'herbe s'inclinait. Il y avait une sorte de musique sourde qui entraînait. Ça n'était pas une musique compliquée comme celle des bals (...) C'était comme une musique de tambour. Pas besoin de réfléchir : le corps s'y accorde de lui-même.
GIONO, Que ma joie demeure, 1935, p. 299.
C.— Au fig.
1. [Le suj. désigne un abstr.]
a) Amener, faire venir à la suite. Ce don [le sens du théâtre] en suppose plusieurs autres, et qu'il entraîne avec lui tout un cortège de facultés (BOURGET, Nouv. essais psychol., 1885, p. 18) :
8. Le déterminisme associationniste se représente le moi comme un assemblage d'états psychiques, dont le plus fort exerce une influence prépondérante et entraîne les autres avec lui.
BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience, 1889, p. 127.
b) [Le compl. désigne un événement, un phénomène] Produire, provoquer, avoir pour conséquence. Il y a des intérêts individuels qui entraînent des intérêts collectifs (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 180). La dernière guerre a entraîné des pillages (Hist. et ses méth., 1961, p. 1173) :
9. ... une tactique est singulièrement dangereuse quand elle ne peut échouer une fois sans entraîner pour la classe ouvrière des désastres immenses.
JAURÈS, Ét. socialistes, 1901, p. 104.
Entraîner à + subst. Quelle que soit la haute supériorité intrinsèque de cette méthode sociologique, elle peut, cependant, entraîner à de graves erreurs (COMTE, Philos. pos. t. 4, 1839-42, p. 370).
DR. Avoir pour effet :
10. ... ces pièces, il faut le dire, ne sont pas faciles à se procurer, car le patriotisme les défend des deux parts, soutenus des lois draconiennes dont l'application entraîne un châtiment pire que la mort, l'éternel déshonneur.
CLEMENCEAU, Vers la réparation, 1899, p. 278.
c) [Le suj. désigne une chose abstr.] Emporter, pousser quelqu'un vers quelqu'un ou vers quelque chose sous l'effet d'une influence irrésistible :
11. ... puis les voyages, puis l'ardeur de produire, m'entraînèrent et ne me permirent pas de songer à des années qui étaient déjà loin de moi.
RENAN, Souvenirs d'enfance et de jeunesse, 1883, p. 58.
12. ... pour le caractère, la première divination de l'orgueil de penser, et aussi un élément un peu morbide, cette difficulté d'agir qui a pour conséquence la difficulté de résister aux passions lorsqu'elles vous entraînent.
BOURGET, Le Disciple, 1889, p. 73.
Emploi abs. Elle avait tout, tout ce qui charme, tout ce qui entraîne, tout ce qui exalte (VALÉRY, Variété V, 1944, p. 123).
Entraîner à + subst. ou + inf. :
13. J'ai peur que votre inexpérience ne vous entraîne parfois à des opinions imprudentes, et je vous demande seulement de professer en homme conscient et réfléchi...
ESTAUNIÉ, L'Empreinte, 1896, p. 199.
14. « Le Calife fait partie de ces braves gens que leur sensiblerie entraîne à penser beaucoup de sottises sur la guerre... à méconnaître absolument ce qu'elle est en réalité. »
MARTIN DU GARD, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, p. 339.
2. [Le suj. désigne une pers.] Amener quelqu'un à agir, à faire quelque chose en exerçant sur lui une contrainte, une pression morale. Comment le supposez-vous en même temps assez amoureux de la guerre pour y entraîner ses chefs, qui ne la veulent pas? (RENAN, Drames philos., Prêtre Némi, 1885, III, 1, p. 569). Il sait comment on entraîne les peuples et comment on les fanatise (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 105) :
15. Il n'y a qu'un mot à dire à ces impuissants de la liquidation : « ce qui est fait est fait », et les entraîner de force à de nouveaux destins.
MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 453.
Emploi abs. Étienne lui-même, le meneur de la grève, est plus entraîné qu'il n'entraîne (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 273).
Entraîner à + subst. Par crainte d'entraîner maman au divorce (DRIEU LA ROCH., Rêve. bourg., 1939, p. 259).
Se laisser entraîner à, dans + subst. Nous avons vu comment le crédule étranger s'est laissé entraîner à ce mariage clandestin, qui devait le perdre (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 197). Le petit s'était laissé entraîner par eux dans un facile cambriolage (GIDE, Journal, 1910, p. 323). Olivier se laisse facilement entraîner (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1187).
Spéc. Susciter l'accord, l'assentiment de quelqu'un, persuader :
16. Naturellement, la ferme avait grand intérêt à cette voie nouvelle, et le maire, pour entraîner le conseil municipal, comptait beaucoup sur son adjoint, intéressé lui aussi à une prompte solution.
ZOLA, La Terre, 1887, p. 62.
17. ... quelques hommes ont le pouvoir d'entraîner, de convaincre leurs semblables à l'aide de paroles banales, de les mener ainsi au combat, au sacrifice, à la mort.
CARREL, L'Homme, cet inconnu, 1935, p. 316.
Emploi abs. Je me sentais comme toi le désir d'être au centre, de parler, d'entraîner (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1907, p. 113).
II.— [L'idée dominante est celle de formation progressive]
A.— SP. [Le suj. désigne un animé] Préparer méthodiquement un sportif ou un animal à une épreuve, à une activité sportive ou à une compétition, en le soumettant à un régime spécial approprié et à des exercices progressifs et réguliers :
18. À l'extrémité de chacun des secteurs, on mettait une écrevisse affamée. Il était rigoureusement interdit à chacun des parieurs de pousser la sienne ou de la faire changer de chemin (...). Mais on avait le droit de la nourrir à part, de la soigner, de l'entraîner, de lui donner des excitants...
MILLE, Barnavaux et quelques femmes, 1908, p. 254.
19. ... avant la course on peut, on doit raisonner. On peut entraîner son cheval avec intelligence, on peut lui chercher le meilleur engagement. Dès que le départ est donné, on ne pense plus...
MAUROIS, Dialogues sur le commandement, 1924, p. 94.
Emploi abs. Personne n'entraînait comme lui [Lord David]. Le boxeur dont il consentait à être le « traîner » était sûr de vaincre (HUGO, Homme qui rit, t. 2, 1869, p. 6).
Emploi pronom. réfl. :
20. Il y a partout des courts de tennis, des champs de golf, des patinoires de glace artificielle, des piscines chauffées, et des arènes où les athlètes s'entraînent et luttent à l'abri des intempéries.
CARREL, L'Homme, cet inconnu, 1935, p. 15.
[L'obj. désigne un membre, un organe, etc.] :
21. Ni trop grand, ni petit, développé comme un athlète, mais sans rien d'exagéré dans les muscles, parce qu'il avait toujours eu le soin d'entraîner aussi bien son bras gauche que le droit, ...
ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 40.
B.— P. ext. [Le suj. désigne une pers.] Former, soumettre quelqu'un à une activité physique ou intellectuelle de manière à créer une aptitude ou une habitude. Le coût de la seule mobilité du travailleur s'élève dangereusement dans les établissements où il est entraîné au maniement ou au contrôle d'appareils complexes (Univ. écon. et soc., 1960, p. 4412) :
22. ... quand il se mettait au piano, on croyait voir un comptable devant sa caisse; sous ses doigts, blanches, noires et croches s'additionnaient; il faisait la vérification du morceau. Assurément il aurait pu m'entraîner pour le mécanisme; mais il ne prenait aucun plaisir à enseigner.
GIDE, Si le grain ne meurt, 1924, p. 457.
Emploi pronom. réfl. :
23. Parmi les moniteurs des chantiers de jeunesse, qui comptaient nombre d'anciens militaires, beaucoup s'entraînaient et entraînaient les autres en vue de prendre les armes.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1954, p. 229.
24. ... toute la journée je m'entraînais à réfléchir, à comprendre, à critiquer, je m'interrogeais; je cherchais avec précision la vérité...
BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 178.
Rem. On rencontre ds la docum. le part. passé adj. entraîné. Qui est méthodiquement exercé, qui est bien préparé. Le plus grand empire, une armée nombreuse et entraînée, des généraux instruits par l'expérience de tant de campagnes reculaient devant quelques milliers d'hommes incultes, commandés par des chefs de hasard (THARAUD, Dingley, 1906, p. 14). Philippe, moins entraîné qu'elle, avait de la souplesse, de l'aisance (MAUROIS, Climats, 1928, p. 204).
Prononc. et Orth. :[] ou p. harmonis. vocalique [], (j')entraîne []. Enq. : // (il) entraîne. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. 1. [1160-74 en traiiner « traîner, emmener avec soi » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, 3e part., 1566)]; 2. 1643 « amener quelqu'un à faire quelque chose » (LA ROCHEFOUCAULD, Mémoires, éd. D. L. Gilbert et J. Gourdault, t. II, p. 88); 3. av. 1654 « avoir pour conséquence inévitable » (J. F. Sarasin ds Trév. 1704). II. 1. 1828 turf (Journal des haras, II, 71 ds BONN.); 2. 1865 « faire l'apprentissage de quelque chose » (TAINE, Philos. art, t. 2, p. 188). Dér. de traîner; préf. en-. II formé sous l'infl. de l'angl. to train (1542 au sens de « former, éduquer (quelqu'un) », 1609 au sens de « dresser (un animal) » NED) empr. au fr. traîner. Fréq. abs. littér. :6 881. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 11 112, b) 8 056; XXe s. : a) 7 611, b) 10 886.
DÉR. Entraînable, adj. Qui peut être entraîné facilement, influençable. L'homme est faible et bête, entraînable pour un rien, et lâche toutes les fois que ses sens sont excités ou domptés (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Sœurs R., 1884, p. 1274). Rem. S'emploie le plus souv. au fig. []. Ds Ac. 1932. 1re attest. 1794 (DUBOIS-CRANCE, Conv. du 7 janvier ds BRUNOT, IX, p. 805); du rad. de entraîner, suff. -able. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. — DARM. 1877, p. 261.

entraîner [ɑ̃tʀene] v. tr.
ÉTYM. XIIe; de en-, et traîner.
———
I
1 a (Sujet n. de chose). Emmener (qqch.) de force avec soi. || Torrent qui entraîne des arbres sur son passage. Charrier, emporter (→ Déjection, cit. 3). || Avalanche qui entraîne tout dans sa chute. || Canal d'écoulement qui entraîne les eaux. || Le courant entraîne le navire vers la côte. Drosser. || Le poids l'a entraîné au fond de l'eau. || L'aimant entraîne la limaille de fer. Attirer (→ Attraction, cit. 4).Mécan. || Moteur qui entraîne une machine. || Piston qui entraîne une bielle. || Mécanisme qui entraîne un mouvement.Compl. n. de personne. || Ils ont été entraînés par l'avalanche.
1 Une machine peut marcher à faible pression, mais une pression sans machine n'entraîne rien.
Valéry, Autres rhumbs, p. 152.
2 Alors seulement il cessa de lutter et se laissa charrier, avec les autres, par le courant qui les entraînait vers la sortie.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 59.
Poét. || Le temps entraîne tout (→ Arrêter, cit. 15).
3 Car le Temps, tu le sais, entraîne sur ses pas
Les illusions dissipées.
Nerval, Poésies diverses, « Mélodie » (imit. Th. Moore).
4 La fuite du temps entraîne tout ce qui s'attachait à lui.
Gide, Prétextes, p. 254.
b (Sujet et compl. n. de personne). Conduire, mener (qqn) avec soi. Diriger, emmener, pousser, tirer. || Danseur qui entraîne sa cavalière. || Il l'entraîna vers le buffet (→ Boustifailleur, cit.). || Il la prit par le bras et l'entraîna hors de la chambre. || On l'entraîna de force, malgré ses protestations. || Il s'est laissé entraîner sans rien dire.
5 Est-ce Phèdre qui fuit, ou plutôt qu'on entraîne ?
Racine, Phèdre, II, 6.
6 J'avais entraîné Jacques dans le fond du jardin; c'est là que je lui demandai d'abord (…)
Gide, la Symphonie pastorale, p. 81.
7 Un Suédois se présenta pour une valse et entraîna Pauline dans une danse presque aérienne (…) il évitait qu'on l'effleurât, la dirigeait (…) la soulevait (…) puis (…) il la déposa à sa place (…)
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 26.
Conduire (qqn) en exerçant une violence, une pression morale. || Il a entraîné un camarade dans sa fugue (→ Décamper, cit. 5). || Il cherchait à m'entraîner avec lui. || Il s'est laissé entraîner dans plusieurs cafés.Se laisser entraîner à l'autel : se laisser épouser contre son gré.
8 Vous laisserez-vous entraîner à l'autel sans vous plaindre ?
A. R. Lesage, le Diable boiteux, 5.
c (1885, in Petiot). Spécialt. Sports. Précéder avec un engin d'entraînement (un coureur), de manière à régulariser ou augmenter son allure.
2 Fig. Pousser (quelqu'un à quelque chose, vers quelque chose) par un entraînement psychologique ou matériel. || Force, élan, impulsion qui entraîne invinciblement, irrésistiblement qqn. Emporter, pousser. || Il a entraîné ses associés dans sa ruine. || Entraîner quelqu'un derrière soi, avec soi, après soi, dans son orbite, dans son sillage. || Son enthousiasme l'entraîne trop loin. || Ses instincts l'entraînent vers le bien, vers le mal. Diriger (→ Avoir une propension à…; conformiste, cit. 2; défendre, cit. 24). || Il est entraîné sur une mauvaise pente. || Entraîner un mineur à la débauche (cit. 1 et 7). Débaucher, inciter. || Entraîner quelqu'un dans un complot.Sans compl. second. || La passion l'entraîne. → Désordonné, cit. 4. || Le mauvais exemple nous entraîne.
Entraîner à (et inf.). || Cette erreur vous entraîne à commettre (cit. 3) un crime. || C'est ce qui l'a entraîné à agir ainsi. Amener, conduire, décider, déterminer, engager, persuader, porter.
(Sujet n. de chose). Pousser à penser ou à agir par la conviction. || Des idées capables d'entraîner les cœurs, les esprits.Absolt. || Arguments qui entraînent. Convaincre (→ Dialectique, cit. 4). || Éloquence qui entraîne. Charmer, électriser, emballer, enlever (cit. 4), transporter. || Charmes qui entraînent. Captiver, conquérir, séduire.Passif et p. p. → cit. 9.
9 (…) entraîné par ses appas, je l'ai suivie jusques en cette ville.
Molière, Dom Juan, I, 2.
10 (…) Madame sait appuyer le sien (son avis) par des raisons si convaincantes, qu'elle m'a entraînée de son côté.
Molière, Critique de l'École des femmes, 5.
11 Les preuves ne convainquent que l'esprit; la coutume fait nos preuves les plus fortes et les plus crues; elle incline l'automate, qui entraîne l'esprit sans qu'il y pense.
Pascal, Pensées, IV, 252.
12 Les Égyptiens étaient infectés et d'idolâtrie et de magie; le peuple de Dieu même était entraîné par leurs exemples (…)
Pascal, Pensées, IX, 613.
13 L'âme est donc tout esclave; une loi souveraine
Vers le bien ou le mal incessamment l'entraîne (…)
Corneille, Œdipe, XIII, V.
14 Puisqu'après tant d'efforts ma résistance est vaine,
Je me livre en aveugle au destin qui m'entraîne.
Racine, Andromaque, I, 1.
15 Et l'on craint, s'il paraît dans ce nouvel orage,
Qu'il n'entraîne après lui tout un peuple volage.
Racine, Phèdre, I, 4.
16 (…) cette femme prudente, engagée, sans s'en être aperçue, dans un sentier qui ne permet plus de retour, et dont la pente rapide et dangereuse l'entraîne malgré elle, et la force à me suivre. Là, effrayée du péril qu'elle court, elle voudrait s'arrêter, et ne peut se retenir.
Laclos, les Liaisons dangereuses, Lettre XCVI.
17 Le vulgaire est entraîné, les grands caractères sont ceux qui luttent.
A. de Vigny, Journal d'un poète, p. 25.
18 Il fut le prisonnier d'un succès qui l'entraîna au delà de ses intentions.
Louis Barthou, Danton, p. 231.
19 (…) sans nullement chercher à calculer la dépense où mon élan risquait de m'entraîner (…)
Gide, la Symphonie pastorale, p. 28.
20 Et si, par impossible, nous étions jamais entraînés dans une bagarre européenne, une chose en tout cas ne fait aucun doute : c'est que personne ne pourrait accuser la France d'avoir rien fait pour ça.
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 184.
21 (…) autant que ses spéculations chimériques et que ses dangereuses entreprises d'édition, en collaboration avec des libraires qui l'entraînent dans leur propre ruine, ce qui a perdu Balzac, c'est sa vanité.
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 338.
(Souvent au passif et au p. p.). || Il est, il se sent entraîné dans le tourbillon des affaires. || Se sentir entraîner vers… : attiré (→ Attraction, cit. 7; but, cit. 5; désespérer, cit. 19). || Entraîner à… (qqch., faire qqch.). || Il n'est pas responsable : il a été entraîné.
Se laisser entraîner (spécialt par un plaisir, un sentiment). Détourner, distraire, égarer. || Il s'est laissé entraîner dans une aventure. Embarquer, engager. || Se laisser entraîner dans des digressions hors de son propos, loin de son sujet. || Se laisser entraîner par le plaisir d'écrire (→ Défigurer, cit. 8).
22 Je reviens en arrière; car hier je m'étais laissé entraîner.
Gide, la Symphonie pastorale, p. 49.
23 Il lui arrivait aussi (à Pasteur), dans ces visites, de se laisser entraîner par son zèle et de redresser sans ménagement quelques erreurs de gestes, quelques négligences (…)
Henri Mondor, Pasteur, p. 171.
3 (Sujet n. de chose). Avoir pour conséquence nécessaire, inévitable. Amener, apporter, causer, impliquer, occasionner, produire, provoquer. || Cause qui entraîne des effets. || Les maux que la guerre entraîne avec elle, derrière elle, après elle, à sa suite. || Le chômage entraîne la misère. || Cette imprudence risque d'entraîner de graves conséquences. Déclencher. || Discussion qui entraîne des retards, des dépenses supplémentaires. || Cette condamnation entraîne des déchéances. Comporter, emporter (vieilli). || Cette décision doit logiquement en entraîner d'autres. Appeler, commander.
24 Elle a cru que ma perte entraînait sa ruine.
Racine, Britannicus, V, 1.
25 Faire des vers français passait pour un exercice des plus dangereux et eût entraîné l'exclusion.
Renan, Souvenirs d'enfance, I, II.
26 J'ai dit, à maintes reprises, que le développement de la technique, dans le monde entier, avait entraîné, entraînait, risquait d'entraîner une certaine décadence des valeurs morales.
G. Duhamel, Manuel du protestataire, IV, p. 114.
———
II (1828; d'après l'angl. to train).
1 V. tr. Préparer (un animal, une personne, une équipe) à des performances, au moyen d'exercices appropriés. Exercer. || Entraîner un cheval, un athlète en vue d'une course, d'une compétition. || Entraîner une équipe de football ( Entraînement, entraîneur).Pron. || Boxeur qui s'entraîne sur un punching-ball. || Ils s'entraînent pour le championnat de tennis.Au p. p. adj. || Boxeur, nageur bien, mal entraîné. || Athlète entraîné.REM. Le mot ne s'est diffusé, d'abord dans les milieux du turf, que vers la fin du XIXe s.
26.1 (…) un grand garçon de vingt-deux ans, haut de six pieds, carré d'épaules, jarret montagnard, plein d'ardeur, grand chasseur de plantes, entraîné depuis quatre mois aux exercices du corps (équitation, marche, natation), et à ceux de l'esprit (…)
Ed. André, Amérique équinoxiale, in Le Tour du monde, 1877, t. I, p. 2.
Par ext. || Entraîner des soldats. Aguerrir, dresser, endurcir, former.Pron. || S'entraîner au maniement des armes. Familiariser (se), main (se faire la main).P. p. adj. || Une troupe parfaitement entraînée (→ Constituer, cit. 5). || Entraîné à la fatigue (→ Chercher, cit. 44), au danger.
27 Une fois que l'enfant commence à marcher, non seulement on l'endurcit et on l'entraîne, mais encore on l'assouplit et on le fortifie avec méthode (…)
Taine, Philosophie de l'art, t. II, p. 188.
Fig. || Entraîner qqn à qqch., à faire qqch. (dans d'autres domaines).Pron. || Chanteur qui s'entraîne en faisant des vocalises.Iron. || S'entraîner au dévergondage. Apprentissage (faire l'apprentissage de).Au p. p. || Orateur entraîné.
2 Absolt (ou intrans.). Servir d'entraîneur à un coureur cycliste, à un athlète, à une équipe sportive.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
s'entraîner v. pron.; entraîné, ée p. p. adj.
Voir à l'article.
CONTR. Arrêter, freiner, retenir.
DÉR. Entraînable, entraînant, entraînement, entraîneur.
COMP. Réentraîner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужно сделать НИР?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • entraîner — 1. (an trê né) v. a. 1°   Traîner avec soi, après soi. Le torrent entraînait des arbres. •   Vous laisserez vous entraîner à l autel sans vous plaindre ?, LESAGE Diable boit. ch. 5. •   Que tout chargé de fers à mes yeux on l entraîne, VOLT.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • entraîner — ENTRAÎNER. v. act. Traîner avec soi. Les torrens entraînent tout. Le dégel est venu tout à coup, et la débâcle a entraîné tous les bateaux. f♛/b] Il se dit figurément De tout ce qui nous porte à quelque chose avec force, et comme malgré nous. Cet …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • entrainer — Entrainer, Abstrahere. Entrainer avec soy, Auferre secum. Entrainer en bas, Praecipitem trahere …   Thresor de la langue françoyse

  • ENTRAÎNER — v. tr. Traîner avec soi, après soi. Les torrents entraînent ce qui s’oppose à leur passage. Le dégel est venu tout à coup, et la débâcle a entraîné les bateaux. Il signifie particulièrement Emmener, conduire avec une sorte de violence. Je le pris …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ENTRAÎNER — v. a. Traîner avec soi, après soi. Les torrents entraînent ce qui s oppose à leur passage. Le dégel est venu tout à coup, et la débâcle a entraîné les bateaux.   Il signifie particulièrement, Emmener, conduire avec une sorte de violence. Je le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • entrainer — noun see entrain I …   New Collegiate Dictionary

  • entrainer — See entrain1. * * * …   Universalium

  • entraîner — en + traîner (v. 1) Présent : entraîne, entraînes, entraîne, entraînons, entraînez, entraînent ; Futur : entraînerai, entraîneras, entraînera, entraînerons, entraînerez, entraîneront ; Passé : entraînai, entraînas, entraîna, entraînâmes,… …   French Morphology and Phonetics

  • entrainer — en·train·er …   English syllables

  • entraîner — vt. antran nâ (surtout au sens moral) (Saxel), êtrénâ (Albanais), intranâ (Arvillard) ; tran nâ <traîner> (Cordon) …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”